TERRY RELAIS TERRY
ASSOCIATION MARILOU
                                                                                    

LA CEINTURE

Accueil    
Terry    
Le relais Terry    
L'association Marilou    
Sécurité routière    
Les substances psycho actives 
L'alcool    
Le cannabis    
La cocaïne    
L'héroïne      
L'ecstasy et les amphétamines  
Les autres drogues    
Les médicaments psycho actifs  
La vitesse    
La ceinture    
La vue    
La fatigue, la somnolence    
Le téléphone portable    
Les deux roues motorisés    
Les sanctions, la justice    
Que faire en cas d'accident    
Hommages    
Contacts    
Le blog                                                             
Livre d'or    
Témoignages & réactions    
Le PEIC de TIVAOUANE                                            La presse en parle

 

 

 

 

 

 

 

 


Parce qu'un petit clic vaut toujours mieux qu'un grand choc, il est rappelé l'utilité de la ceinture pour tous, et particulièrement pour les enfants.
Lors d'un accident, le non-port de la ceinture reste un important facteur de mortalité. C'est simple : sans ceinture, vous avez 2 à 3 fois plus de « chance » de mourir qu'attaché. Sur autoroute où, lors d'un accident, la vitesse amène souvent la voiture à partir en tonneaux, le risque est multiplié par 5 et l'éjection d'une personne est mortelle dans 9 cas sur 10. Sur autoroute toujours, les 6 % de victimes d'accident non-attachées représentent 30 % des tués.
Les accidentologues considèrent que la ceinture divise par 2 le risque d'être tué ou gravement blessé et que, si tout le monde la bouclait, 1000 vies seraient sauvées chaque année. Dont de nombreux enfants, encore trop souvent pas, ou mal- attachés.

   

LA CEINTURE, POURQUOI ?

Quand la voiture qui vous transporte roule à 100 km/h, votre corps se déplace, lui aussi, à 100 km/h. Et si la voiture part en vrille et/ou s'arrête brutalement après avoir heurté un obstacle, votre corps subit les mêmes contraintes physiques.  D'où l'intérêt d'un dispositif qui va vous retenir au siège, éviter l'éjection et la perte de connaissance. En effet, sans ceinture, vous seriez projeté contre les parois et les autres occupants, occasionnant des lésions souvent graves. Vous seriez ainsi en piteux état pour quitter rapidement le véhicule, ce qui est fortement recommandé après un accident (à propos et si possible, coupez le contact).
Pour se rendre compte de l'énergie déployée lors d'un accident, les images ne manquent pas. Ainsi, un choc à 50 km/h équivaut à une chute du 4ème étage. Toujours à 50 km/h, il faudrait que vos bras développent une force d'une demi-tonne pour retenir un enfant de 30 kg. Ce dont le plus fort des papas est physiquement incapable, la ceinture peut le faire en répartissant les efforts sur les parties les plus résistantes du corps. 

AU NOM DE LA LOI

Les temps sont durs pour les rebelles. Depuis 2003, à l'avant comme à l'arrière, le défaut de port de ceinture est puni d'une contravention de 4ème classe (135 €), ainsi que d'un retrait de 3 points au permis du conducteur.
Attention, il n'y a pas que lui qui en prenne pour son grade. Le conducteur n'est responsable que des enfants de moins de 13 ans qu'il transporte et à qui il doit imposer la ceinture ou le dispositif adapté à leur gabarit (voir plus loin). Les autres passagers répondent de leurs actes. Ils devront donc s'acquitter de l'amende s'ils se font prendre sans ceinture. Notons qu'un passager, même s'il a le permis, ne se verra retirer aucun point.
Toutefois, nous ne saurions trop recommander au pilote de demander à tous ses passagers de s'attacher.  Seul un certificat, obtenu pour raison de santé auprès de la commission médicale du permis de conduire, peut vous dispenser de l'obligation de rouler ceinturé.

DU BON USAGE DE LA CEINTURE

Pour être efficace, la ceinture, qu'elle soit à l'avant ou à l'arrière, doit être correctement attachée et suffisamment près du corps pour le tenir collé au siège en cas de choc. Ainsi, les dispositifs (pinces, etc.) visant à détendre la ceinture nuisent à sa fonction. D'ailleurs, les constructeurs ont fait de gros efforts (enrouleur, pré-tendeur, limitateur d'efforts, etc.) pour rendre les ceintures plus agréables.
Beaucoup de ceintures se règlent en hauteur : faites en sorte que la sangle haute passe sur l'épaule et pas trop près du cou. La sangle basse passe sur le haut des cuisses et s'appuie sur les os du bassin. Pour les femmes enceintes (elles ne sont pas dispensées de s'attacher), la sangle transversale passe au-dessus du ventre et l'horizontale, en dessous.
Certaines voitures ne possèdent, à la place arrière centrale, qu'une ceinture ventrale. Moins efficaces que les « 3 points », ces ceintures peuvent tout de même vous éviter de vous écraser sur les passagers avant et traverser le pare brise.
Pour les petits enfants, la ceinture à l'arrière ne suffit pas : il faut des dispositifs homologués (norme UE) et adaptés.
Attachons les enfants.
En France, l'accident de la circulation est la 2ème cause de mortalité des moins de 14 ans. Evidemment, ceux que l'inconscience ou la bêtise de leurs parents autorisent à ne pas attacher leur ceinture payent un lourd tribu : 20% d'entre eux sont éjectés lors d'un accident. 
- Jusqu'à 12 kg (15-16 mois), l'enfant doit être installé dos à la route dans un siège coque. Il peut être placé à l'avant, à la condition expresse d'avoir désactivé l'airbag (s'il existe). Le lit nacelle n'est pas recommandé par la Prévention Routière.
- De 10 à 18 kg (de 1 à 4 ans), l'enfant sera assis à l'arrière, face à la route, attaché dans un siège-baquet fixé à la banquette par la ceinture 3 points.
- De 15 à 36 kg (10 ans environ), on ne gardera qu'un réhausseur, éventuellement avec dossier, pour que l'enfant s'attache avec la ceinture adulte.
- Après 10 ans, l'enfant reste à l'arrière et s'attache comme n'importe quel passager. Il lui faudra attendre 2 ans de plus pour monter devant, ce qui est souvent vécu comme une porte du passage à l'âge adulte. C'est mignon…
 Le système de retenue n'est efficace que s'il est correctement tendu. N'hésitez donc pas à vérifier régulièrement les sangles et la bonne position de la ceinture. Une récente étude des sociétés d'autoroutes estime que 38% seulement des enfants sont attachés de façon convenable.

CONCLUSION : BOUCLEZ LA !!!

Combinée à l'appuie-tête et surtout à l'airbag (qui seul ne sert à rien), la ceinture avant contribue à sauver un nombre incalculable de vies. Sans ceinture, on peut mourir lors d'un choc à 20 km/h. Pourtant, les réticences que l'on rencontre aujourd'hui pour refuser la ceinture à l'arrière (ça me gêne, je me sens coincé, etc.) sont peu ou prou similaires à celles entendues lors de l'obligation du port de la ceinture à l'avant, entrée depuis dans les moeurs.
Par ailleurs, les passagers ignorent souvent les sanctions encourues pour non-port de ceinture à l'arrière et doutent de la capacité de la police à effectuer des contrôles. Ils se trompent : les directives sont claires et le danger présent.
Alors, que ce soit pour un long trajet ou un court (70% des accidents mortels surviennent à moins de 15 kilomètres du domicile), que vous ayez 7 ou 77 ans, bouclez-la à l'arrière.