TERRY RELAIS TERRY
ASSOCIATION MARILOU
                                                                                    

L'ALCOOL

Accueil    
Terry    
Le relais Terry    
L'association Marilou    
Sécurité routière    
Les substances psycho actives 
L'alcool    
Le cannabis    
La cocaïne    
L'héroïne      
L'ecstasy et les amphétamines  
Les autres drogues    
Les médicaments psycho actifs  
La vitesse    
La ceinture    
La vue    
La fatigue, la somnolence    
Le téléphone portable    
Les deux roues motorisés    
Les sanctions, la justice    
Que faire en cas d'accident    
Hommages    
Contacts    
Le blog                                                             
Livre d'or    
Témoignages & réactions    
Le PEIC de TIVAOUANE                                            La presse en parle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JE M'APPELLE ALCOOLISME


Permettez-moi de me présenter. Je suis la maladie de l’alcoolisme, rusée, déroutante, puissante.
J’ai tué des millions de gens, et j’en suis ravie. J’adore vous attraper par surprise. J’adore vous faire croire que je suis votre amie, votre amante.
Je vous ai donné du bien être n’est ce pas ?
Est-ce que je n’étais pas là pour accompagner votre solitude ?
Est-ce que vous ne m’avez pas appelée dans vos moments de désespoir ?
Est-ce que je n’ai pas répondu présente ?
Mais j’aime vous faire souffrir. J’aime vous faire pleurer.
Mieux encore : j’aime quand je vous ai rendu si amorphe que vous ne pouviez plus ni souffrir, ni pleurer et votre corps est si confortable que je prends mon temps pour vous grignoter. Que vous ne pouviez plus rien ressentir du tout, voilà ma gloire.
Je vous donne une satisfaction immédiate, et tout ce que je vous demande en retour est une souffrance à long terme.
J’ai toujours été présente à vos côtés.
Quand tout dans la vie vous souriait, vous m’invitiez.
Vous disiez que vous ne méritiez pas tout ce qui vous arrivait et j’étais la seule à vous approuver.
Ensemble nous avons été capables de détruire tout ce qu’il y avait de bon dans votre vie.
Les gens ne me prennent pas au sérieux, ce sont les mauvais coups, les attaques cardiaques, voire le diabète.
Bande de fous. Ils ne savent pas que, sans mon aide, tous ces problèmes seraient pratiquement impossibles.
Je suis pourtant une maladie détestable.
Et pourtant, je ne viens jamais sans être invitée.
C’est vous qui me choisissez. Il y en a qui m’ont choisie en dépit de la raison et de la tranquillité.
Maintenant, je vais me faire toute petite. Vous ne me voyez pas, mais je vais en croissant plus que jamais.
Tant que vous existez, je continue à vivre. Et tant que vous vivrez, j’existerais.
Je suis là.
Au plaisir de nous revoir ?
En attendant, je souhaite que vous souffriez au point que je puisse renaître.

ALCOOLISME

--------------------

CELUI QUI CONDUIT, C'EST CELUI QUI NE BOIS PAS

Alcool-fête, convivialité,oubli, mais aussi alcool-violence, accidents, maladies. On estime que l'alcool est responsable chaque année d'environ 60 000 décès.
En 2007, l'alcool est devenu le premier facteur de mortalité sur les routes avec 1271 morts. 30 % de ces personnes décédées sont des jeunes de moins de 25 ans. En 2008, ce sont encore près de 1200 personnes qui sont victimes de l'alcool au volant. Aujourd'hui encore, l'alcool est le premier facteur de mortalité sur nos routes.

--------------------

 

--------------------

L'ALCOOL, QU'EST CE QUE C'EST

L'alcool est obtenu par fermentation de végétaux riches en sucre ou par distillation (adjonction d'alcool pur, éthanol) et entre dans la composition de toutes les boissons alcoolisées : vin, cidre, bière, rhum et alcools distillés, vodka et whisky.
Depuis plusieurs décennies, la consommation d'alcool en France est en diminution régulière : la consommation annuelle d'alcool pur a ainsi baissé de moitié entre 1960 et aujourd'hui. Néanmoins, en 2004, les jeunes de plus de 15 ans, ont consommés par an et par habitant, l'équivalent de 13,1 litres d'alcool pur. Malgré cette diminution, la France reste parmi les pays les plus consommateurs, au 4e rang des pays de l'Union européenne et au 6e rang mondial. Le vin constitue un peu plus de 60% de la consommation totale d'alcool, mais les vins de consommation courante ont progressivement cédé la place aux vins d'appellation d'origine contrôlée (AOC) ou aux vins de qualité supérieure (VDQS). La consommation de bière diminue depuis le début des années 2000, ainsi que celle de cidre. La consommation d'alcools distillés (spiritueux) reste globalement à un niveau stable.

--------------------

L'ALCOOLEMIE, QU'EST CE QUE C'EST

L'alcoolémie, c'est la quantité d'alcool dans le sang.
Elle est exprimée en grammes d'alcool par litre de sang ou en milligrammes par litre d'air expiré.
L'alcoolémie ne dépend pas seulement de la quantité d'alcool consommée, il faut aussi prendre en compte :
- Le poids de la personne : plus on est léger, plus les effets de l'alcool sont importants.
- Le sexe : à consommation égale, les femmes sont plus sensibles à l'alcool que les hommes.
- La durée de consommation : quand on boit beaucoup d'alcool en peu de temps, le foie ne peut pas suivre le rythme et le taux d'alcoolémie monte très haut.
- L'alimentation : si l'on boit sans manger, l'alcool passe plus rapidement dans le sang et ses effets sont plus importants.

--------------------

EQUIVALENCE DE L'ALCOOL

Chacun de ces verres contient la même quantité d'acool pur, 10 grammes

--------------------

ELIMINATION DE L'ALCOOL

 L'alcool s'élimine à raison de 0,10 gr à 0,15 gr/L et par heure...

--------------------

LES EFFETS DE L'ALCOOL

L'alcool n'est pas digéré : il passe directement du tube digestif aux vaisseaux sanguins. En quelques minutes, le sang le transporte dans toutes les parties de l'organisme.
Les risques immédiats
A court terme et lorsqu'il est consommé à des doses importantes, l'alcool provoque un état d'ivresse et peut entraîner des troubles digestifs, des nausées, des vomissements... Boire une grande quantité d'alcool en peu de temps provoque une montée importante du taux d'alcoolémie, qui baisse ensuite en fonction de la quantité bue : seul le temps permet de le faire baisser. On compte qu'il faut une heure en moyenne par verre absorbé. Si on boit sans manger, l'alcool passe plus rapidement dans le sang et ses effets sont plus importants.
La consommation d'alcool peut exposer à des risques majeurs :
- diminution de la vigilance, souvent responsable d'accidents de la circulation, d'accidents du travail ;
- pertes de contrôle de soi qui peuvent conduire à des comportements de violence, à des passages à l'acte, agressions sexuelles, suicide, homicide ;
- exposition à des agressions en raison d'une attitude parfois provocatrice ou du fait que la personne en état d'ébriété n'est plus capable de se défendre.
Les risques à plus long terme
La consommation régulière, quand elle est excessive (ou au-delà des seuils de 2 à 3 verres par jour), augmente le risque de nombreuses pathologies : cancers (notamment de la bouche, de la gorge, de l'oesophage, entre autres), maladies du foie (cirrhose) et du pancréas, troubles cardiovasculaires, hypertension artérielle, maladies du système nerveux et troubles psychiques (anxiété, dépression, troubles du comportement).

--------------------

LA DEPENDANCE

On parle de dépendance lorsque la personne est devenue incapable de réduire ou d'arrêter sa consommation, malgré la persistance des dommages. De nombreux symptômes apparaissent lors de la consommation ou de l'arrêt : tremblements, crampes, anorexie, troubles du comportement. Cette dépendance s'accompagne de difficultés majeures d'ordre relationnel, social, professionnel, sanitaire, judiciaire.

--------------------

LE DEPISTAGE DE L'ALCOOL

L'Ethylotest : indique un état d'alcoolémie positif

L'Ethylomètre : indique un taux d'alcoolémie en milligrammes par litre d'air expiré

La prise de sang : indique un taux d'alcoolémie en grammes par litre de s
ang

--------------------

POUR UN USAGE SANS DOMMAGES

Il y a la même quantité d'alcool dans un demi de bière, une coupe de champagne, un ballon de vin, un verre de pastis, etc.

1 verre standard = 10 g d'alcool

- Le verre d'alcool standard contient 10 g d'alcool pur ou encore 1,25 centilitre d'alcool pur quel que soit le produit alcoolisé.
- Lorsqu'on boit de l'alcool, plus on dépasse les limites indiquées (augmentation des quantités et fréquences de consommation), plus le risque est important.
Consommations occasionnelles :
- exceptionnellement, pas plus de quatre verres standard en une seule occasion.
Consommations régulières :
- pour les femmes en dehors de la grossesse : pas plus de deux verres standard par jour ;
- pour les hommes : pas plus de trois verres standard par jour ;
- au moins un jour par semaine sans aucune boisson alcoolisée.
Ne pas consommer :
- pendant l'enfance et la préadolescence ;
- pendant la grossesse et l'allaitement ;
- lorsqu'on conduit ou que l'on va conduire un véhicule, ou une machine dangereuse ;
- quand on exerce des responsabilités qui nécessitent de la vigilance ;
- quand on prend certains médicaments.

--------------------

ALCOPOPS OU PREMIX : NOUVEAU DANGER POUR LES JEUNES

Apparus en Grande-Bretagne en 1995, les alcopops, plus connus sous le nom de " premix " en France, se sont largement répandus chez nous. Il s'agit de boissons alcoolisées, dont le      fort goût en alcool est masqué par des ajouts de sucre et d'arômes. La stratégie marketing est directement centrée sur les jeunes, des consommateurs plus habitués aux sodas et aux jus de fruits qu'aux alcools forts. Attention aux risques de dérapage !
Ces nouveaux produits à base de vodka, de rhum ou de whisky, et masqués par du sucre et des arômes, représentent de nouveaux risques pour les jeunes.
De telles boissons bénéficient d'une offensive marketing en direction des jeunes, d'une présentation attrayante et d'une grande diversité de goût, expliquant leur grand succès. Or les effets pour la santé sont les mêmes qu'avec les boissons alcoolisées traditionnelles. Boire un premix revient à consommer une bière, un verre de vin ou d'alcool fort sec. Mais en raison de leur goût extrêmement sucré, les ados tendent à l'oublier, pensant davantage consommer un soda ou un jus de fruits.
Bacardi Breeze, Smirnoff Ice… et maintenant Ricard en bouteille de 25 cl prête à l'emploi car déjà conditionnée avec le volume d'eau nécessaire, ces produits sont très séduisants. Ils ont tous en commun de se présenter en canettes ou en bouteilles de 25 ou 33 cl, avec un habillage très tendance et coloré, ne faisant que très discrètement référence aux alcools qu'elles contiennent, sans oublier un prix de vente très attractif. Et c'est désormais pareil pour les boissons à base de bière ou de vin…
La consommation chez les jeunes est une réalité européenne qu'il faut prévenir. La France est un des pays européens où l'on boit le plus d'alcool. En 2002, 19% des garcons de 17-19 ans étaient des buveurs réguliers. La prise d'alcool chez les 12-17 ans se caractérise par une ivresse recherchée plutôt le week-end dans un cadre festif entre copains et par la polyconsommation, l'alcool étant associé à la prise d'autres produits (cannabis, ecstasy, cocaïne…).
La mise sur le marché de boissons à forte teneur en alcool se faisant passer pour des limonades peut freiner les actions engagées dans la lutte contre l'alcool, notamment en fidélisant les plus jeunes à l'ivresse.
Rappelons que l'alcool est la première cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 30 ans : accidents de la route, passage à l'acte pour le suicide, bagarres et autres violences,
rapports sexuels non protégés…

--------------------

LE BINGE DRINKING OU BITURE EXPRESSE

Le BINGE DRINKING est un terme anglo-saxon pour désigner des beuveries dont l'objectif n'est pas le plaisir de boire, mais l'obtention le plus vite possible d'un état d'ivresse et, trop souvent, à la limite du coma éthylique. 2,3 % des jeunes de 17 ans ont déclaré avoir eu recours au BINGE DRINKING au moins dix fois au cours des trente derniers jours, soit un jour sur trois. De surcroît, la précocité des comportements d'alcoolisation aiguë est un sujet de préoccupation supplémentaire..
35 % des jeunes de 17 ans ont déclarés avoir déjà pris ensemble de l'alcool et du cannabis et, pour 10 %, de l'alcool et des médicaments.